Digestion et vision

Un système digestif en santé permet à l’animal d’avoir de l’énergie grâce à son alimentation.

Impaction et infection des glandes anales

Les glandes anales se trouvent dans la région rectale du corps de l’animal, entre les muscles sphincters interne et externe de l’anus. Ces glandes excrètent des sécrétions transparentes lorsque l’animal défèque. Ces sécrétions ont une odeur propre à chaque animal et permettent aux animaux de s’identifier entre eux.


L’engorgement et l’infection de ces glandes survient lorsqu’il y a présence de tumeurs ou d’autres éléments. Chez les chats, cette maladie se manifeste habituellement lorsque les glandes anales sont enclavées. Les troubles des glandes anales sont relativement courants chez les chiens et surviennent fréquemment chez les chiens de petite taille, tels que le chihuahua, le caniche et le caniche nain. La plupart des troubles des glandes anales ne mettent pas la vie de l’animal en danger mais ils peuvent toutefois empirer rapidement si on ne les traite pas. Si vous observez des symptômes chez votre animal, il est préférable de prendre rendez-vous pour un examen.


Quelques signes indiquant l’engorgement ou l’infection des glandes anales


  • L’animal court sans arrêt après sa queue
  • L’animal est inconfortable ou a mal lorsqu’il s’assoit
  • L’animal traîne son derrière par terre
  • Difficulté à déféquer
  • L’animal se penche d’un côté pour ne pas avoir à s’asseoir sur le derrière
  • L’animal lèche ou mord son derrière pour apaiser la douleur


Traitement


Après avoir effectué un examen et délivré un diagnostic, le vétérinaire procède à une vidange manuelle des glandes anales. Lors de cette vidange, si on remarque la présence d’une infection sérieuse, on arrose les glandes avec une solution saline stérile et on administre une pommade antibiotique sur la zone affectée.


Si les glandes anales de votre animal ont tendance à s’infecter de façon fréquente, le vétérinaire peut vous enseigner à faire la vidange des glandes. Cela peut vous permettre d’éviter des visites trop fréquentes chez le vétérinaire et d’effectuer la vidange dès que vous remarquez une infection.


Si l’animal souffre souvent d’infections, on suggère parfois de combiner la vidange des glandes avec un traitement préventif qui peut comprendre le contrôle du poids, l’augmentation de la consommation de fibres, et dans certains cas extrêmes, l’ablation des glandes anales et des tumeurs (s’il y a lieu). Cependant, la plupart des animaux réagissent bien aux traitements non chirurgicaux. Le vétérinaire informe le propriétaire s’il est nécessaire de mettre l’animal sous sédatif ou sous anesthésie afin d’effectuer le traitement.


Si vous avez des questions concernant l’engorgement et l’infection des glandes anales, contactez-nous dès aujourd’hui.

Diarrhée chez les chiens

Un chien peut souffrir de diarrhée pour plusieurs raisons : certaines sont mineures (un changement dans l’alimentation, par exemple) et d’autres sont sérieuses (une maladie infectieuse, par exemple). On est en mesure de traiter la diarrhée avec succès si le propriétaire s’occupe rapidement de régler le problème. La diarrhée aigüe et la diarrhée chronique représentent deux niveaux différents et requièrent chacune des soins particuliers.


La diarrhée aigüe peut durer quelques jours comme elle peut durer plusieurs semaines. Dans la plupart des cas, elle est causée par un changement soudain dans l’alimentation, une allergie, ou la présence d’une bactérie. Il ne faut toutefois pas s’inquiéter car les symptômes s’estompent habituellement après un certain temps et la plupart des chiens semblent heureux malgré la présence de la diarrhée. Si la diarrhée aigüe dure plus de deux semaines, il s’agit d’une diarrhée chronique et on estime que la situation est sérieuse. La diarrhée chronique peut entraîner la perte de nutriments, ce qui peut faire en sorte que le système immunitaire devienne faible. Cela empêche ensuite une bonne guérison. Lorsque le système immunitaire est faible, d’autres maladies peuvent se développer, ce qui entraîne la détérioration du corps.


Raisons d’amener votre chien chez le vétérinaire :


  • L’abdomen est sensible au toucher ou à la pression
  • Vomissements fréquents et excessifs
  • Les gencives sont sèches ou collantes (cela montre que l’animal est déshydraté)
  • Fièvre
  • Présence d’importantes quantités de sang dans les selles
  • Ballonnement visible
  • Léthargie extrême


Si le problème empire ou persiste après deux semaines, contactez-nous immédiatement pour prendre rendez-vous.


Traitement à domicile contre la diarrhée aigüe :


  1. La première étape est d’effectuer un changement dans l’alimentation. Il faut nourrir le chien avec des aliments qui sont faciles à digérer et qui ne contiennent pas trop d’huile ou de gras. Il est important de ne pas lui donner de la nourriture pour humains. Il est préférable de maintenir un régime à base de poulet bouilli et de riz jusqu’à ce que la diarrhée s’estompe. On peut ensuite réintroduire la nourriture pour chiens dans le régime.
  2. On peut ajouter un probiotique au régime afin d’aider à réguler la santé gastro-intestinale.
  3. Il est très important que le chien reste hydraté en tout temps. Si nécessaire, on peut diluer une boisson isotonique avec de l’eau (moitié-moitié) afin de pousser le chien à continuer à boire des liquides. La diarrhée cause une perte d’électrolytes et il est important de les remplacer.


Causes de la diarrhée chronique


La diarrhée chronique est habituellement causée par une allergie alimentaire, une affection abdominale inflammatoire, une pancréatite, des parasites ou une maladie sérieuse (bien que ce soit rare) que le vétérinaire devra déceler.


Si les symptômes persistent, le pelage du chien peut devenir rugueux et raide, l’animal peut avoir une baisse d’énergie et il peut sembler déshydraté. Il s’agit d’effets secondaires de la diarrhée chronique qui durent jusqu’à ce qu’on entreprenne un traitement.


Traitement contre la diarrhée chronique


Si votre chien souffre de diarrhée chronique, il est préférable de prendre rendez-vous chez le vétérinaire immédiatement. Notre vétérinaire examinera votre animal afin de déceler la présence de parasites ou de maladies, il effectuera des analyses de sang et il évaluera le niveau d’hydratation de l’animal. Il est possible qu’un diagnostic complet soit nécessaire. Suite à l’examen, le vétérinaire sera en mesure de déterminer la cause de la diarrhée et de mettre en œuvre un traitement.

Diarrhée chez les chats

La diarrhée est courante chez les chats et elle consiste en la présence fréquente de selles molles. Ce n’est pas une maladie mais plutôt un symptôme d’une maladie légère ou sévère. La diarrhée est causée par un passage trop rapide de la nourriture par le tube digestif, ce qui empêche une bonne digestion et ne permet pas au corps d’absorber les liquides contenus dans les aliments. Cela cause donc facilement la déshydratation chez les chats.


Les causes de la diarrhée chez les chats peuvent être : une bactériose, un parasite, une maladie systémique ou un cancer. La diarrhée peut toutefois être causée par un simple changement dans l’alimentation. Cette affection peut être aigüe ou chronique. La diarrhée aigüe survient de façon soudaine et ne dure pas longtemps, alors que la diarrhée chronique survient de façon continue pendant plusieurs semaines. Si vous observez de la diarrhée chez votre chat, il est important de contrôler l’affection et de prendre rendez-vous chez le vétérinaire si le problème persiste pendant plusieurs jours.


Symptômes


La diarrhée chez les chats peut être causée au niveau de l’intestin grêle ou du gros intestin. Dans chacun des cas, on peut observer des symptômes particuliers.


Symptômes dans le cas de l’intestin grêle


  • L’animal défèque fréquemment
  • Gaz
  • Augmentation de la quantité de selles
  • Vomissements


Symptômes dans le cas du gros intestin


  • Présence de sang dans les selles
  • Difficulté à déféquer
  • L’animal défèque fréquemment
  • Sécrétions muqueuses dans les selles
  • L’animal est souvent pressé lorsqu’il doit déféquer


De plus, il existe quelques symptômes qui peuvent survenir de façon indépendante de l’origine de l’affection. Ces symptômes indiquent que la diarrhée est causée par un problème sérieux qui requiert des soins vétérinaires :


  • Douleurs abdominales
  • Déshydratation
  • Dépression
  • Fièvre
  • Léthargie
  • Gencives pâles
  • Selles rouge foncé ou noires


Traitement


Avant de mettre en œuvre un traitement ou un régime spécifique, le vétérinaire doit d’abord déterminer la cause de la diarrhée. Il examine le patient et demande au propriétaire de décrire l’affection en détail. Le vétérinaire procède ensuite à l’examen et au diagnostic, si nécessaire. Il détermine les tests nécessaires pour effectuer le diagnostic. Cela peut comprendre : un test de dépistage du VIF, un test de dépistage du virus de la leucémie féline, une endoscopie, des radiographies, une échographie ou une biopsie intestinale.


Dépendamment des résultats et du diagnostic délivré par le vétérinaire, on met en œuvre un traitement. En plus du traitement, on arrête souvent de nourrir le chat pendant 24 à 36 heures. On ne lui donne que de l’eau ou de la glace pilée afin de permettre à son système digestif de récupérer. Après ce jeûne, on réintroduit progressivement la nourriture dans son régime. On lui donne des repas neutres et faibles en gras de façon fréquente et en petites portions.


Si vous avez des questions concernant la diarrhée chez les chats, contactez-nous dès aujourd’hui.

Corps étrangers dans l'oe’œsophage

Presque tous les propriétaires ont déjà vu leur animal mâcher quelque chose qui ne leur est pas destiné. L’animal finit souvent par avaler cet objet. Ces corps étrangers ont tendance à rester coincés dans le corps de l’animal, et le premier endroit où cela peut arriver est l’œsophage. Les objets que l’on retrouve le plus souvent sont les os et les ficelles. On retrouve aussi couramment : des aiguilles à coudre, des chaussettes, des hameçons, des objets en cuir et du bois. Peu importe l’objet que l’animal avale, il est important de le retirer le plus tôt possible.


Symptômes annonçant la présence d’un corps étranger dans l’œsophage :


  • Anorexie
  • Difficulté à respirer
  • L’animal salive de façon excessive
  • L’animal a des haut-le-cœur
  • Léthargie
  • Perte d’appétit
  • L’animal essaye continuellement d’avaler
  • L’animal crache
  • Perte de poids
  • L’animal se touche la bouche avec ses pattes


Identification des corps étrangers


On peut habituellement voir les corps étrangers à l’aide de radiographies. Si l’objet est translucide, il faut procéder à une œsophagoscopie afin d’identifier l’objet ainsi que son emplacement. Lors de ce test, on utilise des colorants biocompatibles afin d’être en mesure de voir les objets translucides.


Comment retire-t-on les corps étrangers de l’œsophage?


Après avoir identifié l’objet, il faut le retirer rapidement. Les chances de pouvoir retirer l’objet avec succès sont généralement bonnes. Dépendamment de l’endroit où se trouve l’objet, le vétérinaire informe le propriétaire en ce qui concerne les différentes méthodes envisageables et celui-ci peut choisir la méthode qu’il préfère. On peut retirer certains objets en provoquant des vomissements, et d’autres avec un endoscope et un forceps. Si l’objet se trouve en profondeur (dans l’œsophage), on peut le pousser vers l’estomac, à l’aide de l’endoscope, où il sera digéré.


Dans certains cas, une intervention chirurgicale est nécessaire. On pousse l’objet vers l’estomac pour qu’on puisse ensuite le retirer lors de la gastrotomie. Lors de cette intervention sécuritaire, on fait une incision qui permet d’examiner le contenu de l’estomac et de retirer les corps étrangers sans que cela affecte les organes environnants. Si l’objet perfore l’œsophage, il faut procéder à une intervention chirurgicale de façon immédiate. On ne peut pas déplacer l’objet et l’intervention doit se faire à l’endroit où l’objet se trouve.


Si votre animal avale un corps étranger ou qu’il montre des symptômes qui semblent indiquer que c’est le cas, contactez-nous afin de prendre rendez-vous.

Retournement de l'estomac

Le retournement de l’estomac est une affection multifactorielle qui peut être causée par une combinaison de facteurs génétiques, liés à l’anatomie et liés à l’environnement. Lors d’un retournement de l’estomac, l’organe se tord de façon à couper l’approvisionnement en sang, à emprisonner des gaz et à créer des circonstances mettant la vie de l’animal en danger. Les espèces les plus à risque sont les chiens de grande taille et les chiens ayant une poitrine étroite et profonde. Plus l’animal est vieux, plus les risques sont élevés. Bien que ce soit rare, les chats et les chiens de petite taille peuvent toutefois souffrir du retournement de l’estomac.


Le retournement de l’estomac se fait en deux étapes. D’abord, l’estomac se dilate en se remplissant d’air, puis il se tord. Dans les cas peu sévères, l’estomac ne fait que se dilater. Lorsque l’estomac se tord, cela met la vie de l’animal en danger. L’affection peut coûter la vie à l’animal en l’espace de quelques minutes. Le retournement de l’estomac peut causer les problèmes suivants :


  • Dilatation de l’estomac
  • Pression sur l’abdomen
  • Endommagement de l’appareil cardiovasculaire
  • Diminution du flux sanguin


Si l’animal est en mesure de roter ou de vomir, il ne souffre probablement pas du retournement de l’estomac. Par contre, s’il semble ressentir une douleur intense, contactez-nous immédiatement afin que nous puissions l’examiner.


Symptômes pouvant indiquer la présence du retournement de l’estomac :


  • Douleur abdominale
  • Anxiété
  • Dépression
  • Difficulté à respirer
  • L’animal salive de façon excessive
  • L’estomac devient dur
  • Évanouissement soudain
  • Faiblesse inexplicable
  • Vomissements ou haut-le-cœur


Traitement


Le retournement de l’estomac est considéré comme une situation d’urgence. Une fois que l’animal arrive, on évalue son état et on administre les analgésiques ou les antibiotiques nécessaires avant d’effectuer une décompression gastrique. Après avoir éliminé le gonflement, on effectue des radiographies afin de déterminer si l’animal souffre du retournement de l’estomac ou d’une simple dilatation.


Si l’animal souffre du retournement de l’estomac, il faut procéder à une intervention chirurgicale afin de remettre les organes à leur emplacement initial. De plus, on recommande souvent une gastropexie (on remet l’estomac à l’endroit). Les chiens ayant déjà souffert du retournement de l’estomac ont entre 70 % et 80 % de chances d’en souffrir de nouveau. La gastropexie peut permettre d’éviter cela.


Si vous observez un de ces symptômes chez votre animal, contactez-nous immédiatement car il pourrait s’agir d’une situation d’urgence.

Occlusion gastro-intestinale

Cela n’est pas surprenant lorsqu’un animal avale un objet qui ne lui était pas destiné. On ne peut toutefois pas toujours contrôler son animal de compagnie. Certains corps étrangers sont suffisamment petits pour passer lors de la digestion, mais d’autres peuvent rester coincés. Les objets toxiques, tels que les objets contenant du plomb, peuvent également représenter une sérieuse menace. L’occlusion gastro-intestinale est la situation d’urgence la plus courante dans une clinique vétérinaire. On la voit surtout chez les jeunes chiens.


On retrouve souvent les mêmes objets lors d’une occlusion gastro-intestinale : une ficelle, un ruban, une chaussette, des sous-vêtements, des pierres, etc. En empêchant l’animal d’avoir accès à ces objets et en le surveillant, il est possible d’éviter l’occlusion gastro-intestinale.


Symptômes pouvant montrer la présence d’un corps étranger :


  • Douleur abdominale
  • Dilatation abdominale
  • Gonflement
  • Déshydratation
  • Diarrhée
  • L’animal salive de façon excessive
  • Léthargie
  • Perte d’appétit
  • Perte de poids
  • Vomissements


Identification des corps étrangers


On peut habituellement déceler les corps étrangers à l’aide d’une radiographie. Si l’objet est translucide, il faut procéder à une œsophagoscopie (on utilise des colorants biocompatibles afin d’être en mesure de voir les objets translucides).


Traitement d’une occlusion gastro-intestinale


Si des corps étrangers sont coincés dans l’estomac ou dans les intestins, il faut les retirer. On peut accomplir cela en effectuant une endoscopie ou une intervention chirurgicale. Si l’objet est suffisamment petit pour qu’on soit en mesure de le retirer sans avoir à procéder à une intervention chirurgicale, on met l’animal sous sédatif et on utilise un endoscope et un forceps pour être en mesure de trouver l’objet et de le retirer en le faisant passer par l’œsophage, puis par la bouche. Lorsqu’il s’agit d’un objet de grande taille, il faut procéder à une gastrotomie. Lors de cette intervention, l’animal est sous anesthésie générale. On fait une petite incision au niveau de l’estomac, ce qui permet au vétérinaire de repérer l’objet et de le retirer. La gastrotomie est très sécuritaire et n’affecte pas les organes environnants.


Si votre animal montre des symptômes d’occlusion gastro-intestinale ou que vous l’avez vu avaler un objet, contactez-nous immédiatement. Il est très important de retirer l’objet.

Troubles du système gastro-intestinal

Il existe plusieurs types de troubles du système gastro-intestinal chez les animaux, ce qui peut porter à confusion. Les symptômes sont souvent similaires d’un trouble à l’autre, mais ils ne sont pas toujours identiques. Si on connaît les différences subtiles entre les symptômes, cela peut aider à comprendre ce dont souffre l’animal et à lui fournir le traitement dont il a besoin.


Syndrome du côlon irritable


Le syndrome du côlon irritable est une maladie psychosomatique (maladie mentale ayant des symptômes physiques) causée par un excès d’anxiété.


Symptômes :


  • Constipation
  • Crampes
  • Diarrhée
  • Présence de mucus dans les selles
  • Sentiment d’urgence lors de la défécation


Traitement


Lors du traitement, on identifie ce qui cause de l’anxiété et on tente de l’éliminer. Un horaire instable, des déménagements fréquents, des changements constants de température, etc., peuvent causer de l’anxiété. Une augmentation de la consommation de fibres et l’administration de médicaments contre la diarrhée peuvent aider à apaiser les symptômes du syndrome du côlon irritable. Dans certains cas extrêmes, on ordonne des médicaments contre l’anxiété afin de contrôler le stress que ressent l’animal. On emploie toutefois cette méthode en dernier recours.


Affection abdominale inflammatoire


Les affections abdominales inflammatoires sont très courantes chez les chats et chez les chiens. Elles se distinguent par certains des symptômes qu’elles causent : inflammation chronique au niveau de l’intestin grêle et du gros intestin qui perturbe les contractions régulières de l’appareil digestif. Cela entraîne des contractions irrégulières qui font en sorte que du mucus et des toxines s’accumulent au niveau des intestins, ce qui crée une occlusion partielle et emprisonne des gaz et des selles. Cette occlusion provoque ensuite le ballonnement, la distension et la constipation.


La plupart des causes de cette affection restent inconnues, mais elles pourraient être liées à des allergies alimentaires, à des bactérioses, à des contaminations par virus ou à des parasites.


Symptômes :


  • Douleur abdominale
  • Anorexie
  • Ballonnement
  • Constipation
  • Diarrhée
  • Flatulences
  • Mucus dans les selles
  • Nausées


Traitement


Le traitement de cette affection est compliqué car tous les animaux y réagissent différemment et car les causes des affections abdominales inflammatoires sont habituellement difficiles à identifier. La meilleure façon de traiter ces affections passe habituellement par l’entremise de l’administration de médicaments d’ordonnance et de restrictions au niveau de l’alimentation. Certains propriétaires refusent toutefois qu’on administre des médicaments à leur animal. Le contrôle de l’alimentation comprend l’élimination des allergènes et l’ajout de fibres non fermentescibles dans le but de rendre la défécation régulière. On recommande également de remplacer l’eau du robinet par de l’eau embouteillée car l’eau du robinet peut contenir du plomb, du cuivre, du mercure et de l’aluminium, ce qui peut irriter les estomacs fragiles et causer de l’inflammation. Il est important de noter qu’il est difficile d’obtenir une guérison complète avec un simple changement dans l’alimentation.


Si vous choisissez qu’on administre des médicaments à votre animal, le vétérinaire déterminera le médicament convenable selon l’espèce de l’animal. Certains médicaments conviennent aux chiens, alors que d’autres sont efficaces lorsqu’on les administre aux chats.


Colite


Une colite ressemble à une affection abdominale inflammatoire et cause des saignements rectaux, des douleurs abdominales, ainsi que des spasmes abdominaux. Cette affection est courante chez les chiens mais on la voit de plus en plus chez les chats. Puisqu’il est difficile de déceler les causes d’une colite, le traitement est habituellement symptomatique.


Traitement


  • Pharmacothérapie – On utilise des anti-inflammatoires. Ce type de traitement peut entraîner des effets secondaires à long terme. On y fait donc généralement appel pendant de courtes périodes.
  • Régime alimentaire – On effectue un changement dans l’alimentation afin de contrôler la quantité de fibres et d’acides gras polyinsaturés, dans le but d’apaiser la colite.
    • Régime d’élimination : On retire tous les additifs et les compléments du régime. On ne laisse qu’un aliment contenant des glucides et un « nouvel » aliment contenant des protéines (aliment auquel l’animal n’a jamais été exposé). On peut reprendre un régime normal une fois que les symptômes s’estompent.


Si vous avez des questions concernant les troubles du système gastro-intestinal ou que votre animal montre un des symptômes décrits précédemment, nous pouvons vous aider à en faire le diagnostic et à mettre en œuvre un traitement.

Shunt hépatique

Lorsqu’un animal est en santé, son foie élimine les toxines dans le sang, entrepose le glucose et distribue les protéines. Les animaux souffrant d’un shunt hépatique ne sont pas en mesure de bien filtrer leur sang. Certaines veines contournent le foie lorsqu’elles déplacent du sang en provenance des intestins, du pancréas, de la rate et de l’estomac, ce qui fait en sorte que certains nutriments et certaines toxines atteignent le cœur. Un shunt peut être intra-hépatique (dans le foie) ou extra-hépatique (à l’extérieur du foie), et est habituellement présent à la naissance, bien qu’il puisse se développer à cause d’une maladie du foie. Les shunts intra-hépatiques sont courants chez les chiens de grande taille, alors que les shunts extra-hépatiques sont courants chez les chiens de petite taille et chez les chats (surtout chez les persans, les himalayens et les chats de race croisée).


On ne peut pas prévenir le développement d’un shunt hépatique. Le trouble apparaît vers la fin de la gestation, dans l’utérus de la mère, et la plupart des animaux en montrent des signes lors de leurs premiers 6 mois de vie. À l’occasion, le shunt apparaît tard dans la vie de l’animal, lorsque l’animal est âgé et qu’il commence à avoir des calculs rénaux ou des problèmes au niveau de la vessie.


Symptômes


  • Dépression
  • Diarrhée
  • La croissance de l’animal est moins rapide que celle des autres
  • Incapacité à prendre du poids
  • Léthargie
  • L’animal a un comportement étrange (désorienté, fait les cent pas, fixe quelque chose pendant un long moment)
  • Crises d’épilepsie
  • Vomissements
  • Faiblesse


Traitement


On décèle un shunt hépatique à l’aide d’analyses de sang. On procède à des tests spécifiques qui permettent d’observer le fonctionnement du foie et de délivrer un diagnostic. Le vétérinaire discute ensuite des différents types de traitements (chirurgicaux ou non) disponibles avec le propriétaire.


Le traitement non chirurgical comprend un régime spécifique qui consiste en une consommation basse de protéines et en la prise de médicaments d’ordonnance. Cela peut aider à arrêter la production et l’absorption de toxines. On peut aussi ajouter des composés organiques, contenant des produits tels que le chardon-Marie et le pissenlit, afin d’aider à la circulation du sang vers le foie. À long terme, certains animaux souffrent tout de même de troubles du foie malgré la mise en œuvre de ce traitement. Dans ces cas, il faut éventuellement procéder à une intervention chirurgicale.


Le traitement chirurgical comprend la fermeture du shunt. Que ce soit l’un ou l’autre des deux types, on place des anneaux métalliques autour des vaisseaux sanguins qui referment progressivement le shunt. Dans certains cas, on n’est pas en mesure de le refermer de façon complète. La fermeture partielle est toutefois habituellement suffisante pour apaiser les symptômes liés au trouble. Après une intervention chirurgicale, il faut maintenir la consommation basse de protéines jusqu’à ce que les acides biliaires redescendent à un niveau normal.


Si votre animal montre un des symptômes mentionnés précédemment, contactez-nous afin de prendre rendez-vous pour un examen. Votre animal pourrait souffrir d’un shunt hépatique.

Obésité

L’obésité peut avoir de graves conséquences sur le corps. Les animaux souffrant de surpoids ont des chances élevées d’avoir des troubles de la peau, des maladies du cœur, le diabète, de l’hypertension artérielle, de l’arthrite et même certains cancers. L’obésité fait en sorte qu’un animal puisse être à risque d’avoir des infections et des problèmes au niveau des ligaments des genoux et au niveau des disques intervertébraux. Les animaux souffrant de surpoids ont de la difficulté à faire de l’activité physique, ressentent souvent de la fatigue et souffrent habituellement d’hypertension artérielle. Cela fait que le cœur travaille beaucoup plus fort que celui d’un animal en santé, ce qui entraîne la maladie du cœur, et éventuellement, une insuffisance cardiaque congestive.


Les animaux obèses ont également des risques élevés de complications lors d’une intervention chirurgicale. Lorsqu’ils sont sous anesthésie, leur poids fait que leurs poumons, leurs reins et leur foie fonctionnent mal, et ils ont besoin de d’une dose plus élevée d’anesthésie que les animaux de taille normale. Ces complications mettent la vie de l’animal en danger dans des contextes où l’intervention devrait parfois être de routine. L’obésité affecte donc l’espérance de vie, la qualité de vie, le bonheur de l’animal et son confort.


Le propriétaire a la responsabilité de s’informer à propos des façons de bien s’occuper de son animal et de son bien-être. Entre 24 % et 40 % des animaux de compagnie souffrent d’obésité. Ce trouble affecte principalement les animaux adultes et peut avoir plusieurs causes. Plusieurs de ces causes peuvent toutefois être prévenues..


Principales causes d’obésité chez les animaux :


  • Âge
  • Vulnérabilité de la race
  • Régime consistant de nourriture sèche
  • Avoir un bol de nourriture plein de façon constante ou suralimenter un animal stérilisé ou castré
  • Maladie causant une prise de poids
  • Blessure causant un mode de vie sédentaire (à court ou à long terme)
  • Peu ou pas d’activité physique


Permettre à son animal d’avoir un mode de vie sain


La première étape pour permettre à l’animal de perdre du poids est d’arrêter d’avoir un bol plein de nourriture de façon constante. Fournir à l’animal de la nourriture illimitée est l’une des pires choses que l’on puisse faire pour sa santé. On devrait lui donner de petits repas, de façon régulière, de 2 à 4 fois par jour. Cela fait que l’animal se sente rassasié sans qu’il soit suralimenté, et cela permet au corps de brûler les calories facilement (car il y en a moins à la fois que quand les repas sont copieux). Il faut également éviter de donner de la nourriture pour humains à l’animal car elle contient beaucoup de calories et beaucoup de gras.

On peut aussi essayer d’augmenter l’activité physique. 30 minutes par jour peuvent suffire pour aider l’animal à perdre du poids. Dans le cas des chats, on peut utiliser de la nourriture en conserve ou des aliments médicamenteux. La nourriture sèche contient généralement beaucoup de glucides, ce qui peut causer une prise de poids. La nourriture humide et les aliments médicamenteux ne contiennent pas beaucoup de glucides et peuvent aider l’animal à perdre du poids.


Si votre animal a besoin de l’aide de notre vétérinaire ou de notre personnel, nous pouvons mettre en œuvre un régime et un programme d’entraînement sur mesure pour l’aider à perdre du poids, puis à maintenir un poids santé. L’aide d’un vétérinaire est surtout utile lorsque l’animal prend du poids à cause d’une maladie (un trouble de la thyroïde, par exemple). Dans ces cas, on peut ordonner des médicaments qui servent à résduire l’appétit et qui aident à limiter l’absorption des graisses.


Si vous avez des questions concernant l’obésité chez les animaux, que vous pensez que votre animal souffre de surpoids, ou que vous aimeriez avoir l’aide de notre équipe de professionnels, contactez-nous dès aujourd’hui.

Salmonellose

Il existe plus de 2 000 différentes souches de salmonelle. La salmonellose affecte les mammifères et les reptiles, et donc la plupart des animaux de compagnie. Cette maladie bactérienne affecte habituellement le tractus gastro-intestinal après s’être installée au niveau des nœuds lymphoïdes et être descendue jusqu’aux intestins. Il s’agit d’une maladie zoonotique et les humains peuvent donc facilement la contracter. Les sources de salmonelle comprennent : les friandises naturelles, telles que les jouets en cuir ou les oreilles de porc, les aliments crus, et les selles d’un animal infecté. La bactérie reste présente dans les selles pendant plusieurs mois après que l’animal soit guéri. Les humains et les autres animaux peuvent donc toujours être infectés malgré le fait que l’animal ne semble plus contagieux.


Les animaux et les humains qui sont le plus à risque sont ceux qui ont un système immunitaire faible. Il s’agit donc surtout des plus jeunes et des plus âgés. Les animaux qui prennent des antibiotiques et les animaux ayant un appareil gastro-intestinal faible sont également à risque.


Symptômes


  • Douleur abdominale
  • Déshydratation
  • Diarrhée
  • Fièvre
  • Perte d’appétit
  • Léthargie
  • Fréquence cardiaque élevée
  • Maladie de la peau
  • Vomissements
  • Perte de poids


Diagnostic et traitement


Le vétérinaire effectue un diagnostic complet qui comprend une analyse d’urine et de selles en laboratoire. Dépendamment de la sévérité de la situation, on peut aussi effectuer une analyse de sang. Ces tests permettent de savoir si la bactérie est présente dans les selles de l’animal et si des parasites intestinaux causent certains des symptômes que montre l’animal.


Dans les cas peu sévères, on traite la salmonellose en nourrissant l’animal d’aliments neutres que celui-ci est en mesure de digérer facilement, tout en lui faisant augmenter sa consommation d’eau. Si les symptômes persistent, ou si les selles de l’animal ont une odeur excessivement désagréable ou contiennent du sang, il faut consulter un vétérinaire immédiatement. Les animaux souffrant d’une salmonellose sévère doivent prendre des antibiotiques. Il est important d’être très prudent lorsqu’on nettoie les selles d’un animal infecté.


Si vous avez des questions concernant la salmonellose ou que vous pensez que votre animal est infecté, contactez-nous dès aujourd’hui.

Vomissements

Il est sain et normal de vomir pour un chien ou pour un chat. À l’occasion, les animaux mangent quelque chose que leur estomac ne tolère pas (et les chats doivent régurgiter des boules de poils). Les vomissements permettent alors d’éliminer les toxines qui se trouvent dans l’estomac. Ces vomissements sporadiques ne devraient pas alarmer le propriétaire. Par contre, si les vomissements surviennent de façon régulière, cela pourrait être un symptôme d’un trouble sérieux.


Lorsqu’on veut déterminer si l’animal a vomi et s’il s’agit d’un trouble sérieux, on doit d’abord établir s’il s’agit de vomissements ou de régurgitations. Le vomissement implique la présence de haut-le-cœur et de nausées, et le produit rejeté est complètement digéré et contient habituellement un liquide jaunâtre (bile). Lors de la régurgitation, on observe une toux sèche au niveau de la gorge. La substance n’est pas entièrement digérée et on y retrouve souvent des morceaux de ce qui avait été avalé. L’animal baisse la tête et rejette habituellement la nourriture sans trop d’effort. On considère souvent la régurgitation comme moins sérieuse que le vomissement, bien que la régurgitation continuelle indique que les soins d’un vétérinaire sont nécessaires.


Fait intéressant pour les propriétaires d’animaux : les chevaux, les lapins et les rats sont parmi les seuls animaux qui possèdent des muscles autour de l’œsophage qui leur permettent d’éviter les vomissements.


Trois étapes du vomissement chez les animaux


Nausée – l’animal bave, avale fréquemment, baille ou claque ses lèvres. La plupart des animaux se cachent également.
Haut-le-cœur – l’animal contracte l’estomac et l’empêche de relaxer pour faire en sorte que rien ne sorte par la bouche.
Vomissement – l’animal rejette la nourriture par la bouche.


L’animal a besoin des soins d’un vétérinaire de façon immédiate s’il :


  • Souffre également de diarrhée et de léthargie
  • Vomit plusieurs fois par jour
  • Vomit malgré le fait qu’il n’ait pas mangé depuis plusieurs heures
  • A de la fièvre
  • Souffre de vomissements en fusée
  • Vomit et que la vomissure contient du sang ou a une apparence de marc de café
  • Montre des signes de dépression ou de douleur physique sévère
  • Vomit une fois dans la journée et continue de vomir le lendemain


Tous ces symptômes peuvent montrer la présence d’une maladie sérieuse, dont : un ulcère, une insuffisance rénale, une insuffisance hépatique, la maladie de Carré, un cancer, le diabète, un empoisonnement, ou la maladie d’Addison.


Traitement


Les traitements varient selon les types de vomissements (aigus ou chroniques). Les vomissements aigus surviennent quelques fois en moins de deux semaines, alors que les vomissements chroniques durent plus de deux semaines.

Lors de l’examen, le vétérinaire discute du type de vomissements que montre votre animal et pose des questions concernant les symptômes. Il cherche entre autres à savoir si l’animal vomit de la nourriture ou de la bile. On peut effectuer des analyses de sang afin d’examiner le fonctionnement du pancréas, du foie et des reins. Ces tests peuvent également aider à déceler la présence de toxines dans le sang. L’imagerie numérique peu aider à observer la présence de corps étrangers dans l’estomac ou dans les intestins.


En fin de compte, le traitement dépend de la cause et peut comprendre le contrôle des vomissements à l’aide de médicaments comme il peut comprendre un traitement contre le cancer, si on décèle une tumeur. Quels que soient le diagnostic et le traitement, il faut surveiller l’animal une fois qu’on entame le traitement. Si des changements drastiques surviennent, il faut en informer le vétérinaire. Tenez-nous au courant de tous les changements dans l’état de santé de l’animal, qu’il soit positif ou négatif, et assurez-vous d’être présent à tous les rendez-vous jusqu’à ce que le problème s’estompe.


Il est important de noter que les aliments ci-dessous sont nuisibles pour la plupart des animaux de compagnie et peuvent causer des nausées, des vomissements et de la diarrhée :


  • Alcool.
  • Avocats.
  • Nourriture pour bébés.
  • Ciboulette.
  • Chocolat.
  • Agrumes.
  • Café ou thé.
  • Pâte contenant de la levure.
  • Œufs.
  • Noyaux/pépins de fruits.
  • Ail.
  • Raisins et raisins secs.
  • Foie.
  • Noix de macadam.
  • Lait.
  • Champignons.
  • Oignons.
  • Sel.
  • Tomate.
  • Thon.
  • Xylitol.


Si vous avez des questions concernant les vomissements chez les animaux de compagnie, contactez-nous dès aujourd’hui.

Troubles de la vue

Lorsqu'un animal souffre d'un trouble de la vue ou qu'il a de la difficulté à voir, la plupart des propriétaires le remarquent rapidement. Les symptômes sont habituellement assez visibles, ce qui permet au propriétaire de les remarquer immédiatement et de prendre rendez-vous pour un examen. La plupart des troubles de la vue sont héréditaires ou sont causés par un traumatisme. Lorsqu'on apporte les soins vétérinaires nécessaires, on peut généralement traiter ces troubles avec succès.
Symptômes des troubles de la vue chez les animaux de compagnie :


  • Maladresse
  • Difficulté à trouver les bols de nourriture et d'eau, ainsi que d'autres objets
  • Yeux enflés
  • Sécrétions provenant des yeux ou formation de croutes autour des yeux
  • Yeux fréquemment brillants, même dans un environnement bien éclairé
  • L'animal hésite lorsqu'il entre dans une pièce sombre ou lorsqu'il est dans un endroit qu'il ne connaît pas
  • L'animal a souvent les pupilles dilatées
  • Léthargie
  • L'animal se touche les yeux
  • Yeux rouges
  • Yeux larmoyants

Troubles de la vue courants

  • Cataractes :  Le cristallin devient progressivement brouillé. Bien qu'il y ait des exceptions, les cataractes sont habituellement génétiques et n'apparaissent pas avant que l'animal soit âgé. L'intervention chirurgicale dans le but de retirer les cataractes est la meilleure forme de traitement.
  • Prolapsus de la glande Nictitante : Relâchement de la troisième paupière d'un chien, ce qui cause un prolapsus et une masse dans le coin inférieur de l'oeil.  Si on ne traite pas ce trouble, il peut causer une sécheresse oculaire.
  • Conjonctivite chronique : Ressemble à la conjonctivite chez les humains. Les animaux ont les yeux enflés, rouges et qui grattent, et sont sensibles à la lumière. Ce trouble survient souvent chez les races de grande taille à cause de la dimension de l'orbite.
  • Kératite superficielle chronique : Du tissu cicatriciel et des vaisseaux sanguins entrent dans la cornée, ce qui la rend noire. Si on ne la traite pas, la kératite peut causer la cécité.
  • Ulcère cornéen : Survient lorsqu'un objet reste coincé dans l'oeil du chien ou quand celui-ci se blesse à l'oeil, et qu'une infection se développe. Il faut alors administrer des antibiotiques. Dépendamment de la taille de l'objet, il faut parfois procéder à une intervention chirurgicale pour le retirer.
  • Glaucome : Accumulation de liquide dans l'oeil causant une augmentation de la pression. Lorsqu'on ne traite pas le glaucome immédiatement chez un animal, il cause habituellement la cécité et de l'inconfort.
  • Atrophie progressive de la rétine : Plusieurs maladies héréditaires et progressives qui affectent la rétine. Ce trouble affecte les deux yeux en même temps et cause la cécité. Il n'existe actuellement pas de cure pour l'atrophie progressive de la rétine.
Dans certains cas, d'autres maladies peuvent entraîner des troubles de la vue. On recommande un examen de la vue pour les animaux souffrant de la maladie de Carré, de l'hépatite A, de la maladie de Lyme, ou de la fièvre pourprée des Montagnes Rocheuses, afin d'être en mesure de savoir s'il y a également présence d'un trouble de la vue.
Traitement
Lorsqu'on décèle un trouble de la vue chez un animal, on peut entreprendre différents traitements, dépendamment du diagnostic et de la sévérité du trouble. Certains troubles requièrent une intervention chirurgicale alors qu'on peut en traiter d'autres avec des onguents ou des gouttes ophtalmiques. Le vétérinaire détermine la méthode convenable selon le contexte. Si vous avez des questions concernant les différents traitements, n'hésitez pas à en poser lors de votre rendez-vous.